Histoire de la Corse

Histoire de la corse, Guide de l' histoire Corse mise a jour Septembre 2018 pour trouver les informations sur l' histoire Corse, les principaux evenements, les hommes corses celebres tels que Pascal Paoli, Napoleon Bonaparte qui ont fait l'histoire, les dates remarquables mise a jour Septembre 2018.
Guide de Voyages > Corse > Histoire Corse >
Guide de voyage gratuit Guide de voyages gratuit

Art Corse

Informations Corse

-Population Corse

Animations Corse

Excursions Corse

Histoire Corse

Géographie Corse

Gastronomie Corse

Livres CD-Rom DVD

Voyages Corse

Hotels Corse

Vols Corse

Week-end Corse

Location Bateaux

Corse

 

Ajaccio

Entre mer et montagne, Ajaccio fut de ces cités que de tout temps consacra l' histoire...

port d'Ajaccio en Corse du Sud


Bastia

Toute son histoire est comprise dans sa « bastiglia » la citadelle des origines qui constitue la ville close.

plage de Bonifacio en Corse du Sud


Bonifacio

Bonifacio est née au IXè siècle avec la construction par le comte toscan Bonifacio II...

plage de Bonifacio en Corse du Sud

 

Calvi

La citadelle couronne l’avancée rocheuse qui s’inscrit dans la sérénité du paysage mari...

port de Calvi en Haute Corse

 

 

 

Pour nous contacter et recevoir notre lettre d'information



Corse :Art et Histoire

 

l' histoire de la Nation Corse

Dominée tout à tour par les Etrusques, les Romains, les Sarrasins, les Génois, affamée par les disettes, puis terrorisée par les « bandits », la Corse Pascal_Paolia une histoire particulièrement tourmentée. République autonome qui inspira de nombreux pays (dont l’Amérique) puis royaume sous contrôle britannique, la Corse s’affirme alors dans un esprit d’indépendance que n’affaiblira pas son rattachement à la France en 1796.

« Toute l’Europe est Corse ». Ainsi s’exclame Voltaire, ému, fasciné même par l’héroïsme de Pascal Paoli dont la légende, de son vivant, passionne l’Europe des Lumières. Héros de l’indépendance de la Corse, Paoli s’employa sa vie durant à faire de son peuple une nation et de son île un Etat, avec sa constitution (pour laquelle Jean-Jacques Rousseau proposa sa plume), son armée, sa monnaie, son université. Né en 1725, excommunié par le pape pour son appartenance à la Franc Maçonnerie, il combattit contre l’occupant génois, puis contre les Français, et multiplia les alliances, notamment avec l’Angleterre qui lui offrit un temps sa protection, avant qu’il ne s’y exile, pour toujours.
Mais parler de Paoli c’est aussi évoquer sa rencontre avec Boswell, le célèbre mémorialiste écossais qui donna aux Corses une aura de Pascal_Paoli_corse_des_lumiereschampions de la liberté et à Paoli la stature d’un héros. Parler de Paoli c’est enfin se pencher sur le mythe paolien. Au cours des années 1760, livres, gazettes, correspondances abondent en éloges, dictés quelquefois par des intérêts nationaux ou privés, le plus souvent par l’enthousiasme. De Catherine de Russie à Frédéric II, l’Europe des Lumières communie alors dans une admiration qui culminera après la défaite de Ponte Novu contre les Français.

Alors « législateur démocrate » ou « despote éclairé »? La réalité est sans doute plus complexe, elle n’en est pas moins passionnante et fait de Paoli, le « père de la patrie corse » en même temps qu’une figure majeure de l’histoire universelle de la liberté


L’île a une superficie de 8778 km2. L’orientation de la ligne de crêtes a créé une véritable barrière naturelle entre l’est et l’ouest. Les cols élevés, les vallées histoire_Corseétroites, les fleuves nombreux, encaissés, courts, et de ce fait impraticables à la navigation, n’ont pas favorisé les moyens de communication à l’intérieur de l’Île. Les plaines, à l’exception de la plaine d’Aléria, sont peu étendues. L’absence de routes a freiné le développement de l’Île. Il faut attendre 1827 pour que la route Ajaccio - Bastia soit faite. menhir_corse_filitosaPour les voyageurs du siècle dernier, les chemins corses sont les plus rudes qui soient. En 1960, certains villages n’étaient pas encore accessibles par voiture, c’est dire l’état de dénuement dans lequel l’île a été plongée durant des siècles.
Si les conditions naturelles de l’Île ont été un frein à son développement économique, elles n’en furent pas pour autant les seules causes.


Point stratégique en Méditerranée, l’île iles_corseest convoitée par de nombreux voisins. Ses 1000 km de côtes indéfendables sont ouverts aux invasions, aux pillages. A la crainte de l’envahisseur s’ajoute celle de la malaria, qui n’a été vaincue, rappelons le qu’après la Seconde Guerre mondiale. C’est donc l’insécurité et l’insalubrité de la plaine qui ont fait fuir les habitants vers les montagnes. C’est de la montagne, de Corte, que va être géré l’Île. La population dans la montagne va y être dense jusqu’au début de ce siècle.


Ainsi la vie communautaire a régi durant des siècles la vie des montagnards. Si aujourd’hui les structures de ces communautés ont disparu, il existe encore dans certains villages vivant en léthargie cinq jours par semaine (nombreux sont les insulaires qui possèdent une maison au « village » où ils se rendent les week-end) et dix mois sur douze, un grand esprit de communauté, nécessité de s’aider, d’unir ses forces lorsque le taux démographique de ces villages baisse, et que les bras manquent pour tuer le cochon, couper et rentrer le bois pour l’hiver.


Ces structures communautaires, qui ont subsisté jusqu’au début de ce siècle, s’étaient établies dans l’île bien avant la domination génoise. église_cimetières_corses La communauté, constituée par les habitants de la piève (les pièves étaient le découpage naturel d’une région, on en comptait soixante-six ; aujourd’hui les soixante cantons reprennent à peu près le découpage des pièves), se réunissait le dimanche après la messe sur la place de l’église ou à l’intérieur de celle-ci, et prenait toute décision concernant la vie du village. L’assemblée élisait des représentants ou pères du commun, chargés de faire exécuter les décrets de Gênes. Ces pères étaient assistés d’un podestat au pouvoir de police et de justice.
L’assemblée réglait non seulement les problèmes administratifs et agricoles, mais aussi ceux de la vie sociale.


Les bois et les pâturages restaient la libre jouissance de tous, alors que les terres cultivables étaient distribuées pour une année entre les chefs de famille village_corsequi les cultivaient. La moisson finie, les bêtes terminaient le travail de l’homme, et à nouveau, recommençait le cycle du découpage, redistribution démocratique des terres pour une autre période.

L’assemblée déterminait le calendrier agricole, mais aussi les règlements intérieurs à la communauté pour le bien de tous. La particularité de cette organisation communautaire est une vie autarcique. La production agricole est limitée aux seuls besoins des habitants. L’absence de moyens de communication ne permet ni l’échange ni le commerce de certains produits. L’altération de la communauté commença sous la domination de Gênes pour s’achever au début de ce siècle. En effet, le littoral qui jusque-là est fui comme la peste par les Corses deviendra attractif, et le systèmetour_gênoise_en_Corse communautaire dégénérera avec le dépeuplement de la montagne. C’est la fuite vers une vie moins dure, vers la plaine ou le continent. Quelques chiffres sont nécessaires pour comprendre aujourd’hui la léthargie et l’endormissement de cette montagne qui fut durant des siècles la force vive de l’île et la sécurité de ses habitants.

En 1911, 73000 habitants vivent entre 600 et 1 000 mètres ; ils ne sont plus aujourd’hui que 20 000 à s’accrocher désespérément à leurs racines, à leurs châtaigniers, à vivre où vécurent leurs ancêtres, sans espoir cependant de voir revivre ce qui meurt ; comme tout peuple vivant en autarcie, et n’ayant que le sel à acheter, la Corse a son propre artisanat, ses petites industries de distillerie, de pâtes alimentaires (la dernière fabrique de pâtes alimentaires a fermé ses portes à Bastia il y a quelques années).

 

L’agriculture est encore peu développée au XVIIIè siècle. Elle est essentiellement familiale, et pont_en_corserépond aux besoins immédiats de la famille. Les fromages de chèvre et de brebis proviennent des bêtes que les familles élèvent pour leur consommation, ou des troupeaux gardés dans la montagne par les vergers solitaires, devins, sorciers, poètes, affirment les légendes populaires. Il en est de même pour la charcuterie. Le cochon, tué à la Noël, approvisionnera la famille en viande fraîche d’abord, et permettra des préparations originales comme la « ventra » « le boudin à la menthe ». Le reste de la viande sera salé, poivré et fumé. Cette charcuterie est encore aujourd’hui faite selon la tradition, et se place en deuxième position mondiale, a-t-on pu dire, pour sa qualité et sa saveur. Les échanges se font essentiellement d’un port à l’autre. Seule la morue venant d’Italie parvient dans la montagne. Répétons-le, ce qui a rythmé la production agricole durant des siècles est le besoin immédiat de la population. Rythme qui semble se poursuivre encore aujourd’hui dans certains villages de montagne. Et c’est de ses propres ressources que va vivre l’île. Et, de cette vie dure naîtra une cuisine simple, savoureuse et parfumée qui a su conserver à travers le temps toute son originalité.


Les châtaigniers séculaires sauveront la Corse de bien des disettes et des famines. Véritable arbre châtaigniers_corsesnourricier, son fruit sera accommodé de différentes façons. Salé. Sucré. Dans les régions d’Orezza, Cervione, Alesani, les repas de noces ne comptaient pas moins de vingt-deux mets différents tous apprêtés à la farine de châtaigne. Son goût si particulier, âcre et fumé, vient du séchage des châtaignes au « fucale ». Depuis toujours, et ce, malgré l’évolution des techniques, le ramassage des châtaignes et la fabrication de la farine n’ont pas changé. C’est à l’aube que, munis d’un déjeuner frugal, les montagnards partent ramasser les châtaignes. Il a fallu auparavant, couper les hautes fougères au pied des châtaigniers. Le sol ainsi nettoyé peut recevoir les bogues renfermant le fruit précieux. Aujourd’hui, luxe de notre époque, le ramassage des châtaignes peut se faire avec des gants, mais il n’en fut pas toujours ainsi, et il suffit d’entendre raconter les plus âgés pour imaginer les douloureuses piqûres sur les doigts engourdis.
Les châtaignes, transportées dans le grenier de la maison, sont étalées sur le plancher composé de lattes de bois, la « grata », espacées entre elles de quelques centimètres. Durant un mois, elles vont subir l’action conjuguée de la fumée et de la chaleur montant de la fucale. Le fucone, véritable âme de la maison, fume châtaignes et charcuterie, et sert aussi de chauffage. Ce feu se fait sur une plaque d’argile séchée, de un mètre carré et de vingt centimètres de haut. La fumée se répand librement dans la pièce, noircissant meubles et murs, et fumant les châtaignes posées sur la grata. C’est autour de la fucale que se rassemble la famille, que se conte et se raconte la vie du village. Autrefois, le soir de Noël, la famille réunie jetait dans le feu une bûche pour souhaiter longévité à chaque membre de la famille. Une grosse bûche pour les hommes, une petite pour les femmes. Superstitieux, on évoquait le nom de chacun à haute voix, de peur d’en oublier un, et que celui-ci disparaisse dans l’année. Mais peut-être aussi, pour que chacun soit éveillé par son nom ! Le dicton affirme « en Corse autant de pays autant de coutumes ».

La langue corse ne commence à être écrite qu’à partir du XVIIIè siècle, et cela explique la diversité d’écritures des mots. Ainsi, à l’intérieur même d’une région, les coutumes, les traditions d’un village à l’autre, et même d’une famille à l’autre, varient et l’art d’accommoder un même produit est déterminé par ces règles ancestrales. La Castagniccia, la Balagne, et le Sartenais ont leurs spécialités, mais les ressources naturelles de l’île (châtaigniers, poissons, porcs) vont contribuer à donner toute son unité à la cuisine corse.

Chronique de la Corse - Cronica di a Corsica

De la Préhistoire à l' an 2000 de Sambucucciu à P. Paoli, l' histoire mois par mois, jour par jour, restituée par Orsu Ghjuvanni Caporossi. Chronique accopagnée d'une biographie des principaux personnages et de plusieurs armoiries corses.


Haut de page

Préparez votre voyage !
     
Destinations Prix des séjours Prix des vols
Les meilleures destinations Comparez les prix des séjours Comparez les prix des vols


Haut de page

Partenaires
we_120x600_20ko

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tourisme, utilisez notre Guide Corse pas chere pour trouver toutes les destinations. Sejours Corse consultez les plus attrayantes animations Corse. Vous souhaitez faire des excursions en Corse plongez vous dans le guide de l' histoire Corse mise a jour Septembre 2018. Besoin de connaitre l' art Corse, laMusique Corse, l' histoire de la Corse, la culture Corse, ou la geographie de la Corse, consulter nos pages dediees histoire Corse mise a jour Septembre 2018. Vous voulez trouver et reserver des vols Corse, consulter notre moteur de recherche mise a jour Septembre 2018. A la recherche des meilleurs hotels Corse, nous vous proposons un choix complets d' hotels selon plusieurs niveau de prix et de gamme mise a jour Septembre 2018. Vous voulez connaitre la population Corse! quels cuisine, gastronomie en Corse, restauration, plats traditionnels ? Vous allez preparer vos voyages Corse, sejours plus ou moins long, un week-end en Corse, une location de bateau en Corse, du tourisme en Corse : toutes les formalites pour la Corse et les informations sur la Corse sont collectees sur le site. A la recherche d'une Chambre d' hotels en Corseou des locations de voitures en Corse pour vos vacances ou un week-end ? pour preparer son trajet entre la Corse et le Continent. guide voyages tourisme Corse-CD-Rom Corse-DVD Corse-livres Corse
Autres destinations :
Afrique du Sud-Afrique Noire-Agadir-Ajaccio pas cher-Angleterre-Antilles-Athenes-Bangkok-Barcelone-locations de bateaux a Barcelone-Bastia pas cher-Belfast--Bonifacio pas cherBora Bora-Bresil-Brighton-barraca ovalie beach-Calvi pas cher-Cambridge-Canada-Canaries-Cardiff-Chine-Cork-Cornouailles-Corse pas chere-Crete-Cuba-Dakar-Djerba-Dublin-Ecosse-Edimbourg-Egypte-Espagne-Evora-Florence-Fort de France-Fortaleza-A vendre Restaurant Fortaleza-France-Glasgow-Grande Bretagne-Grece-Guadeloupe-Hong Kong-Hotels pas chers-Irlande-Irlande du Nord-Istanbul-Italie-Jamaique-Jersey-Kenya-La-Desirade-Les Saintes-Lisbonne-Livres Cartes Routieres pas chers-Locations saisonnieres pas cheres-Locations voitures pas cheres-Londres-Macao-Madrid-Maldives-Manchester-Marie Galante-Maroc-Marquises-Martinique-Marrakech-Messine-Montreal-Moorea-Mururoa-Okavango-Ontario-Oxford-Palerme-Paris pas cher-Pays de Galles-Pekin-Polynesie-Porto-Portugal-Quebec-Recife-Republique Dominicaine-Rio de Janeiro-Rome-Royaume Uni-Saint-Barthelemy-Saint Domingue-Saint Martin-Salvador de Bahia-Sao Paulo-Sardaigne-Sejours pas chers-Senegal-Seville-Seychelles-Shanghai-Sicile-Tahiti-Taormina-Taiwan-Thailande-Toronto-Tuamotu-Tunis-Tunisie-Turquie-Valence-Venise-Verone-Voyages pas chers-Vols pas chers-Week-end pas chers-Yorkshire-Zambie-Zimbabwe-Guide de voyages et tourisme